Cover

"Cela fait deux décennies que Barbara et son mari mettent en garde contre les grands dangers : arrêtez l'immigration, méfiez-vous des musulmans, interdisez les minarets, sauvez la famille, proscrivez les homosexuels, chassez les féministes, restez allemands!", note Profil, dans un long portrait consacré à Barbara Rosenkranz. Candidate du Parti autrichien de la liberté (FPÖ, extrême droite) à la présidence, "la dame de fer des vignobles” autrichiens, pourrait se retrouver seule face au chef de l’Etat sortant, le social-démocrate Heinz Fischer. Le 25 avril en effet, les Autrichiens doivent élire leur président et aucun autre candidat n'a jusqu'à présent rassemblé les 6 000 signatures de support nécessaires (la date limite pour leur dépôt est le 26 mars). Les sondages créditent cette mère de dix enfants aux noms tout droit sortis de la mythologie germanique, dont le berger allemand s’appelle “Greif” (Attrape) et qui maîtrise la langue de bois avec brio, de 28 % des voix.