Cover

Actuellement jugé à Madrid pour "prévarication", le magistrat-vedette espagnol a demandé une mise en disponibilité pour travailler comme "consultant externe" à la Cour pénale internationale(CPI). Selon Público, le juge, accusé d’avoir abusé de son pouvoir en tentant d’enquêter sur les exactions du franquisme, "est condamné à l’exil". Le quotidien précise toutefois que son transfert "temporaire" ne devrait pas influer le déroulement de son procès. "Garzón s’enfuit à La Haye pour éviter d’être suspendu de ses fonctions", estime, quant à lui, son confrère El Mundo. Hostile depuis toujours à Garzón, le journal estime que celui-ci "jette ainsi le discrédit sur la CPI", l’accuse d’être "un virtuose des écrans de fumée" et de vouloir "détourner l’attention des débats".