Cover

Après deux ans de récession, il ne reste plus rien de l'âge d'or de l'Irlande, à la croissance spectaculaire. Le pays semble avoir fait un grand bond en arrière, renouant avec le chômage de masse, l'émigration de masse et ses trains qui mettent toujours 4 heures pour parcourir 200 kilomètres. L'économie en baisse (une croissance de -7,5% en 2009) et l'annonce de réductions importantes des dépenses publiques prévues par le budget 2010, risque d'aggraver encore le moral des Irlandais.

L'Irish Times fait sa Une sur la manifestation qui s'est tenue hier à Dublin, l'une parmi tant d'autres dont, la plus grande, celle du service public, programmée le 24 novembre. Alors que la Commission européenne a accordé à l'Irlande un délai supplémentaire pour restaurer ses finances publiques, le Premier ministre Brian Cowen demeure inflexible. Maniant avec délicatesse l'art de la litote, il a souligné que des "ajustements" – des coupes sévères dans le budget – étaient nécessaires maintenant, sinon, "il faudrait envisager de plus grands ajustements" plus tard.