Cover

La réticence européenne à aider Athènes à refinancer sa dette de quelque 54 milliards d’euros punit les autres nations de la zone euro touchées par la crise, écrit ABC. Ainsi le 22 mars, les bourses espagnole, portugaise et irlandaise se sont affolées tandis que Berlin maintenait le suspense quant à l’avenir du plan de renflouement de l’économie grecque. Le climat est particulièrement tendu avec "40% des Allemands qui estiment que leur pays s’en sortirait bien mieux sans l’euro" souligne le quotidien madrilène. Le président espagnol, José Luis Zapatero, et le Président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, tentent, quant à eux, désespérement de convaincre la chancelière Angela Merkel d’accepter un plan avant le sommet européen qui se tiendra à Bruxelles le 25 mars prochain « afin d’éviter une crise de crédibilité de la zone euro », conclut ABC.