Cover

"C'est un deal de 85 milliards d'euros – A nous de jouer", titre the Irish Independent, au lendemain de lasignature par l'UE et le FMI d'un plan de sauvetage d'une valeur de 85 milliards d'euros pour sauver l'économie irlandaise. L'injection massive de cash s'établit sur un taux d'intérêt fixé en moyenne à 5,8%, un chiffre que l'Irish Examiner qualified' "écrasant" , puisque l'intérêt coûtera à lui seul, en moyenne, quelque 10 milliards par an.

L'Irish Independent explique que l'aide est octroyée à la condition que l'Irlande contribue à hauteur de 17,5 milliards d'euros à son sauvetage. L'effort sera tiré des fonds de pension (quelque 12,5 milliards d'euros) et des réserves du pays en liquidités. "Jusqu'à présent, précise le quotidien de Dublin, les lois irlandaise et européenne empêchaient l'Irlande d'utiliser ses fonds de pensions pour couvrir ses dépenses courantes".

"Ceci n'est pas un plan de sauvetage", [écrit dans The Irish Times](http://l'éditorialiste de l'Irish Times ) l'éditorialiste Fintan O'Toole – maître de cérémonie de la marche de 100 000 personnes organisée le 27 novembre contre l'austérité. "Il s'agit de la plus longue rançon de l'histoire de notre pays = faites ce qu'on vous dit et vous augmenterez vous chances de récupérer votre argent le moment venu". Accusant l'UE d'être de "simples pions des banques européennes et de la BCE", O'Toole écrit : "Il y a deux options internationales pour traiter avec des Etats ruinés et délinquants : la solution Versailles et la solution Plan Marshall. Après la Première Guerre mondiale, le traité de Versailles imposa à l'Allemagne de très lourdes réparations à payer, ce qui provoqua la destruction de l'Allemagne et de l'Europe. Le plan de sauvetage décidé hier pour l'Irlande ruinée et délinquante est plus proche de Versailles que de Marshall".