Cover

"La Grèce demande à Frontex de prolonger sa permanence", titre Kathimerini: "avec les événements en Egypte, les autorités grecques sont sur leurs gardes et craignent une vague d’immigration en provenance d’Afrique du Nord", explique le quotidien athénien. Depuis la fermeture des frontières en Espagne, en Italie et à Malte, la Grèce accueille 90% de l’immigration clandestine en Europe, note le journal, d’autant que la Turquie n’exige pas de visa pour les migrants. Présente depuis novembre, Frontex a déclenché l’opération RABIT, (déclenchée début novembre 2010, elle devait initialement durer deux mois. Début décembre, une première prolongation a été décidée jusqu'en mars 2011) à la frontière avec la Turquie, et POSEIDON, sur les îles grecques. D’après Kathimerini, "l’agence européenne de surveillance des frontières externes aurait accepté de prolonger [de nouveau] sa mission [au-delà de mars 2011], alors que des négociations sont en cours pour épargner la Grèce des coupes prévues dans le budget de Frontex".