Cover

Les temps sont durs pour les minorités en Europe : selon le rapport 2009 sur les minorités et les discriminations (EU-MIDIS) de l'Agence européenne des droits fondamentaux (FRA), il ne fait pas bon être Brésilien au Portugal, Africain subsaharien en Irlande, Nord-Africain en Italie, Somalien en Finlande ou au Danemark ou Africain tout court à Malte. Idem pour les Roms en République tchèque, en Hongrie, en Pologne ou en Grèce, remarque The Irish Examiner. Ces derniers remportent la palme de la population la plus discriminée en Europe, révèle sans surprise l'enquête, menée auprès de 23 000 immigrés et membres des minorités et de 5 000 autres citoyens vivant dans les 27 pays de l'Union. La plupart des discriminations ont lieu sur le lieu de travail et dans l'éducation, et ne sont pas dénoncées, car "les victimes sont persuadées que cela ne changerait rien", ajoute le quotidien de Cork.