Cover

"La déroute de la Grèce vire au cauchemar pour l’Europe" titre Les Echos. Le 22 avril, en effet, deux mauvaises nouvelles sont "venues doucher les espoirs d’un rapide rétablissement des finances du pays". Il y a d’abord eu l’annonce d’Eurostat selon laquelle le déficit public grec s’était établi à près de 14% du PIB en 2009, au lieu des 12,7% précédemment estimés. Ce fut ensuite au tour de l’agence de notation Moody’s de revoir à la baisse la note du pays. Résultats : des marchés de nouveau en panique, les taux des obligations grecques envolés et l’euro sous le seuil de 1,33 dollar. "Ce n’est pas seulement la Grèce qui risque de se noyer dans les eaux du Styx", commente Les Echos, "mais l’Europe toute entière". En attendant, lassés des attaques de la presse allemande contre eux, les Grecs semblent bouder les produits germaniques, note la Frankfurter Allgemeine Zeitung, selon laquelle l'ensemble de l'export allemand vers la Grèce a baissé de 19,4 en 2009.