Le projet de règlement sur l’étiquetage des aliments adopté en première lecture par le Parlement européen le 16 juin stipule que les étiquettes devront mentionner la valeur énergétique, le pourcentage de graisses, de glucides et de sel de façon très visible. Les eurodéputés ont ainsi rejeté le code de couleurs – vert, orange et rouge selon qu’un aliment est plus ou moins sain – préconisé par les associations de médecins et celles contre l’obésité, le cancer et le diabète. Ils ont préféré le système suggéré par l’industrie agroalimentaire, qui a investi un milliard d’euros en lobbying auprès d’eux, expliqueEU Observer. La Stampanote de son côté qu’un des amendements adoptés interdit la publicité mentionnant les vertus des produits qui dépassent un certain seuil en termes de graisses, de sucres et de sel, comme par exemple le Nutella, fleuron de l’industrie alimentaire italienne.