Cover

Quelques mois après le début d'une guerre d'usure lancée par La Repubblica, le masque indestructible de l'éternelle joie de vivre de Silvio Berlusconi commence à se fendre. La dernière attaque – la diffusion sur le site de l'Espresso des enregistrements audio de la call-girl Patrizia D'Addario pendant une supposée nuit passée avec lui – a fait des ravages : la cote de popularité du Cavaliere a chuté, les éditorialistes chrétiens se sont offusqués et Daniel Finkelstein du Times a comparé les péchés du Permier ministre à ceux de Mao. Depuis, Silvio Berlusconi a changé sa ligne de défense : "Je ne suis pas un saint, vous l'avez tous compris". Le tout accompagné d'un clin d'œil et d'un sourire en coin, piochés dans son inépuisable arsenal d'expressions faciales.

Tout le monde n'a pas apprécié. "L'homme est nu – le Premier ministre aussi", écrit Ida Dominijianni, éditorialiste au Manifesto qui s'est amusée des adjectifs employés par Vladimir Poutine dans la Pravda pour qualifier son ami latin : "Un vrai homme" et un "gentleman". Pour Berlusconi, une tache sur son image a forcément une dimension politique, car pour lui, la politique se réduit à une question d'image. Il a fait de la démocratie un reality show et des citoyens des téléspectateurs. Maintenant que le charme est rompu, plus rien ne sera comme avant", conclut-elle.