Cover

Deux titres sont en Une de Libération, deux situations difficiles pour la France : "Libye : la France piégée" et *"Syrie, la France visée"**.* Le quotidien rapporte l'ouverture des débats aujourd'hui au Parlement français sur la poursuite des opérations militaires en Libye. La France, rappelle le quotidien, *"placée à l'avant-garde de la coalition occidentale, se retrouve enlisée dans un conflit beaucoup plus long qu'elle ne l'avait parié"*. Et bien qu'il soit probable que l'opposition socialiste continue de soutenir cette opération, le débat qui s'ouvre aujourd'hui à l'Assemblée nationale est bienvenu, écrit *Libération*. Car *"de toute évidence, le but de guerre de Sarkozy et des alliés est de déposer Kadhafi, y compris par la force."* Et *"aujourd'hui, Paris envoie des signaux équivoques sur la possibilité de négocier avec Kadhafi qui pourrait même rester en Libye (…) Preuve que l'option militaire n'était pas la solution brève et opérante promise par les stratèges en chambre pour installer la démocratie à Tripoli.".*

En Syrie, Paris doit faire face à l'attaque de son ambassade à Damas par des "manifestants" soutenant le régime de Bachar El Assad. "Signe de plus que le régime syrien perd du terrain, donnant même l'impression d'être aux abois", cette opération, qui visait aussi l'ambassade américaine, semble être une réponse à la visite des ambassadeurs américain et français aux opposants au régime dans la ville rebelle de Hama.