Cover

La crise financière n'y est pas parvenue, et même la perspective d'une catastrophe écologique imminente ne paraît pas en mesure de pousser les puissants de ce monde à se consacrer pleinement à la question. Après une année de sommets globaux décevants comme le G7 et le G20, la conférence de Copenhague sur le climat (COP15), qui se tiendra du 7 au 18 décembre, semble vouée à l'échec. The Independent annonce en Une que, face à la réticence des pays comme les Etats-Unis, la Russie ou le Canada à réduire leurs émissions de CO2 et à aider les pays en développement, le Royaume-Uni a décidé de faire de même, et plusieurs sources gouvernementales ont fait savoir qu'"il n'y a pas d'espoir qu'un traité contraignant sur le changement climatique soit signé" à Copenhague. "Les positions des principales puissances sont tellement éloignées qu'il faudra un an de plus, voire davantage", ajoute le quotidien londonien, alors que 10 000 représentants de 192 pays ont déjà travaillé pendant deux ans pour préparer la conférence.