Politique de cohésion : Raconte-moi ma région

18 mai 2018 – VoxEurop

L’UE investit un tiers de son bilan dans les politiques de cohésion, c’est à dire dans le soutien aux régions et aux territoires européens. Malgré cela, on en parle encore peu, souvent mal, et la perception de l’Union n’est pas toujours positive, comme l’indiquent année après années les sondages Eurobaromètre. “EU in My Region” vise à faire connaître ces projets et à se les approprier.

L’Europe est constituée de 276 régions dont le développement, dans un souci d’équité, est à la base de l’intervention de l’UE. Dans la pratique, cela signifie des investissements : l’Union européenne investit des sommes importantes pour permettre aux régions les moins déveoppées de rattrapper leur retard. Cela passe par des créations d’emplois, le soutien aux entreprises, au développement durable et, en général, à la croissance économique.

Dans le bilan 2014-2020 351,8 milliards d’euros ont été affectés aux politiques de cohésion : 32,5 % du budget global de l’UE. Ces financements sont distribués pour l’essentiel à travers trois instruments : le Fonds européen de développement régional (FEDER), le Fonds social européen (FSE) et le Fonds de cohésion.

Ces fonds constituent un impact direct de l’Union européenne sur la vie quotidienne des citoyens qui passe souvent inaperçu.

EU in my region

Comment montrer aux citoyens européens ce que l’UE fait au niveau local et comment ces investissements sont utilisés ? Les citoyens ognorent souvent les nombreux projets financés, des événements organisés et de ceux qui peuvent l’être.

C’est de cette exigence qu’est né le projet “EU in my region” : «L'UE est plus proche que l’on pense. Les investissements font vraiment la différence dans la vie de tous les jours ; de l’achat de nouvelles installations médicales dans les hôpitaux à internet haut débit dans les villages, jusqu’à l’accession à des prêts pour les petites entreprises. La campagne "EU in my Region" va aider ces projets à recevoir l’attention qu’ils méritent”, a déclaré la commissaire pour la Politique régionale, Corina Crețu.

“EU in my region” est conçu de manière interactive et à partir des territoires : un concours photographique, un concours de blog et un test sur les régions européennes permettent d’un côté de partager l’expérience d’un projet qui part d’un investissement direct de l’Union dans un territoire, et de l’autre, de participer et de remporter des prix.

Une carte interactive sur le site web du projet permet d’identifier où se trouvent les projets que l’on peut visiter et raconter : le concours photo – qui a démarré le 23 avril et se termine le 31 août – demande aux citoyens européens de raconter un projet cofinancé par l’UE. Les 30 meilleures photos vont faire partie d’une exposition itinérante à travers toute l’Europe.

Ceux qui sont plus doués pour l’écriture peuvent participer au concours de blog – elle aussi ouverte jusqu’au 31 août – pour raconter là aussi un projet cofinancé par l’UE. Les trois gagnants pourront participer à une formation sur la communication européenne à Bruxelles. Enfin, un gagnant ou une gagnante du concours sur la connaissance de l’Europe et de ses régions est désigné toutes les deux semaines.

Charleroi, la ville “la plus moche du monde”

Les premières interventions des blogueurs et photographes sur le site de “EU in my region” sont déjà en ligne. Il leur a été demandé de raconter Charleroi, ancienne ville industrielle et minière belge qualifiée par le quotidien néerlandais De Volkskrant  de ville “la plus moche du monde”. A partir des années 1970, Charleroi a traversé une profonde crise industrielle, qui a mené 10 % de sa population à partir, alors que le chômage partait en flèche. Ce n’est donc pas un hasard si Charleroi fait partie des zones métropolitaines qui bénéficient des investissements prévus par les politiques de cohésion de l’Union, et cela, à travers l’intervention conjointe de la région, du gouvernement fédéral belge et du Fonds européen de développement régional (FEDER).

Afin d’illustrer les concours par un cas précis, des professionnels ont été envoyés à Charleroi pour évaluer l’impact de la politique régionale sur une ville aussi sinistrée. John Worth​, célèbre blogueur sur les affaires européennes, ​Alexander Ricci​ de ​Cafébabel,​ Kathleen Wuyard de ​Paris Match​ et les photographes ​Justin Paquay​ et ​Daniel Botelho​; ont pu s’intéresser à l’impact du Quai 10, qui incarne le renouveau culturel permis par les investissements cofinancés par l’UE.

Pour plus d’information, rendez-vous sur le site de “EU in my region”.

Cet article a été réalisé avec le soutien de la Direction Générale de la politique regionale et urbaine de la Commission européenne

Une erreur factuelle ou de traduction ? Signalez-la