Le seul homme politique important lié à la social-démocratie tchèque à avoir été élu au Parlement européen était Ivan David, ancien ministre de la santé. Mais il a été élu dans les rangs du Parti nationaliste de la démocratie directe, dirigé par l'entrepreneur d'extrême droite tchéco-japonais Tomio Okamura. Deux députés européens du parti collaborent avec Marine Le Pen et d'autres nationalistes.

Le populiste oligarchique et son opposition

Le vainqueur des élections a été le populiste oligarchique Andrej Babiš, deuxième homme le plus riche de la République tchèque et actuel Premier ministre. Son parti a obtenu 21 % des voix. Babiš est très habile à présenter des points de vue centristes de droite de manière à attirer d'anciens électeurs de gauche.

Au total, 47,5 % des voix ont été attribuées à quatre partis qui s'opposent de tout cœur à Babiš : le Parti civique démocratique (ODS), néolibéral et eurosceptique, le Parti pirate, qui est devenu membre du groupe Verts/ALE, TOP 09 euro-optimiste néolibéral et les Démocrates chrétiens. Ainsi, les élections européennes ont confirmé et accéléré les deux dernières tendances de la politique tchèque : à la fois la disparition de la gauche et ce que l'on peut paradoxalement appeler une polarisation fragmentée.

L'un des principaux enjeux des élections était la question des deux poids, deux mesures en matière d'alimentation, ou la question de savoir si certains fabriquants réservent des produits de moindre qualité aux consommateurs des pays d'Europe centrale et orientale. Cette question était en quelque sorte symbolique, un substitut au sentiment d'un statut semi-périphérique de second ordre au sein de l'UE qui est exprimé, par exemple, par les syndicats dans les débats sur les différences salariales.

Aucun parti n'a été en mesure d'élaborer un programme pour remédier à cette situation ou de présenter aux électeurs tchèques des solutions pratiques comme la proposition de l'économiste français Thomas Piketty de "sauver l'Europe d'elle-même".

Mauvais usage des subventions européennes

Le Parti pirate a exhorté la Commission européenne à informer les électeurs tchèques de l'utilisation abusive des subventions européennes par Babiš avant les élections. Un rapport sur la question est arrivé une semaine après le vote sous la forme de texte provisoire confidentiel envoyé au ministère tchèque des Finances pour commentaires. Elle a immédiatement fait l'objet d'une fuite qui a provoqué une escalade des protestations publiques contre Babiš. Le 23 juin, Prague a été le théâtre de la plus grande manifestation depuis la révolution de velours (environ 250 000 manifestants).

Les accusations d'utilisation abusive des subventions européennes pèsent depuis longtemps contre Babiš. Au fur et à mesure que les preuves à l'appui s'accumulent, le sujet est devenu vraiment brûlant, tout comme la qualité de la démocratie, trente ans après une révolution démocratique qui a apporté le néolibéralisme en prime.

Une tragédie optimiste, une farce pessimiste

On peut s'attendre à d'autres manifestations de protestation à l'occasion de l'anniversaire de la Révolution de velours (après la tragédie optimiste, une farce pessimiste ?) et de nouvelles défaites pour une gauche faible et compromise. Et peut-être aussi l'intégration des partis démocratiques néolibéraux et chrétiens sous la bannière de la "défense de la démocratie contre le populisme".

La position forte du Parti Pirate (le plus fort de l'UE, deuxième dans les sondages d'opinion et avec trois eurodéputés) peut également être une source d'espoir incertain, car ce parti idéaliste, anti-corruption et moderniste peut être (presque) tout.

16aho5qvrfa47jqej49s7t