Interrogé par un journaliste sur la question de savoir s'il continue à promouvoir le "modèle autrichien" (la coopération du centre droit avec l'extrême droite) après le scandale de l'Ibiza-gate, le Premier ministre Viktor Orbán a répondu : "Je suis maintenant passé au modèle italien". Il a déclaré que la Fidesz, son parti, reste membre du Parti populaire européen (PPE, où son adhésion est suspendue), mais le quitter complètement est également une option.

Cette déclaration reflétait à quel point lui et son parti étaient convaincus que les populistes allaient faire une percée majeure en Europe. Ce qui reflétait un remarquable vœu pieux, car pas un seul expert n'avait prédit un tremblement de terre politique majeur.

Et le "miracle" ne s'est jamais matérialisé. Dans l'ensemble, la droite eurosceptique a légèrement augmenté sa part de sièges au Parlement européen, passant de 23 à 26 pour cent. Cela en fait à peine une des forces dominantes ; et (quelle surprise !) ils restent divisés. Le rêve d'un bloc eurosceptique dominant rangé dans les tiroirs, la Fidesz fait de son mieux pour regagner le soutien de la direction du PPE et retrouver sa pleine adhésion.

Bien sûr, Orbán n'admettra jamais qu'il avait tort. Au lieu de cela, il affirme avoir personnellement réussi à voir Manfred Weber et Franz Timmermans, qu'ils considéraient comme "les candidats de Soros" à la présidence de la Commission européenne. C'est ainsi qu'Ursula von der Leyen, mère de sept enfants, a été choisie : les valeurs conservatrices sont revenues dans l'Union européenne.

Contrairement aux attentes, Fidesz n'a pas obtenu les deux tiers des voix en Hongrie. Néanmoins, elle conserve une nette majorité avec 52,3 % et 13 mandats sur 21. Le poids financier et organisationnel croissant du parti, renforcé par un système politique de plus en plus autoritaire, semble porter ses fruits. Pourtant, ses dépenses électorales immenses, son écrasante [domination des médias] (https://mertek.atlatszo.hu/fidesz-friendly-media-dominate-everywhere/) (surtout dans les campagnes) et ses listes électorales parallèles suggèrent une élection très injuste, bien que jugée globalement libre.

Le grand chamboulement parmi les partis d'opposition (le plus important depuis 2010) n'a pas du tout été prévu par les sondeurs. Le parti libéral Momentum est né il y a tout juste deux ans, après avoir mené avec succès une campagne de pétition contre l'autre rêve d'Orbán d'accueillir les Jeux olympiques à Budapest. En mai, il a obtenu 10 % des voix et a rejoint Renew Europe (anciennement ADLE). Il s'agit d'un progrès significatif par rapport aux 3 % de l'année dernière lors des élections législatives dans le pays, et suffisant pour envoyer deux députés européens au Parlement européen, dont Katalin Cseh, actuellement vice-présidente de Renew Europe.

Le parti de l'ex-Premier ministre Ferenc Gyurcsány, l'Union démocratique (DK, affiliée au S&D), a triplé ses voix, atteignant presque 17 pour cent. Les deux vainqueurs du côté de l'opposition avaient des femmes en tête de liste. Les socialistes hongrois traditionnels (MSZP), autrefois le plus grand rival de la Fidesz, n'ont obtenu que 6 pour cent, ce qui suggère que c'est le début de la fin pour le parti. Le Jobbik d'extrême droite, la cible principale de la Fidesz, est au mieux en mode survie, tandis que les Verts ont pratiquement disparu.

Les résultats révèlent que la domination de la politique identitaire (des deux côtés) et la polarisation de la société vont se poursuivre. Alors que cela poussera la Fidesz encore plus loin dans l'antilibéralisme dans un paysage politique profondément divisé, le parti au pouvoir tentera de revenir vers le courant dominant européen, qu'il reste ou non membre du PPE. Le prochain test politique sera les élections municipales d'octobre, où l'opposition se réunira dans les grandes villes. Mais l'élan semble manquer à nouveau pour une percée politique, de sorte qu'un "moment d'Istanbul" semble peu probable.

y0ya5dck9leoz73e42knb