Les élections européennes ont été prises beaucoup plus au sérieux qu'auparavant en Lituanie cette année, même si les élections locales en mars et l'élection présidentielle en mai étaient clairement les priorités absolues du pays.

On peut certainement en conclure que les eurosceptiques lituaniens ont échoué dans leur tentative de changer de manière significative le cours actuel de l'UE et de réaliser leur objectif déclaré de modifier son identité culturelle et sociale. Au-delà, le paysage politique reste largement inchangé. Les conservateurs lituaniens (euro-optimistes) ont remporté trois sièges, tandis que les sociaux-démocrates lituaniens et l'Union des agriculteurs et des verts lituaniens ont obtenu chacun deux sièges. Le Parti travailliste et le Parti libéral en ont chacun un siège.

Les deux autres mandats du pays ont été confiés à des comités dits de citoyens, dont l'un est dirigé par l'économiste Aušra Maldeikienė (affilié au Parti populaire européen), l'autre par Valdemar Tomaševski, "représentant de la minorité" autoproclamé, une personnalité lituano-polonaise proche de la Russie (affilié au CER eurosceptique).

Au lieu de la volonté de restructuration

Cela ne signifie pas nécessairement que les choses se dérouleront sans heurts, loin de là. Le problème est qu'aucun des partis pro-européens autoproclamés en Lituanie n'a (ou n'a d'ailleurs jamais eu) un concept ou même une vision plus ou moins claire de la manière dont l'avenir de l'Europe devrait être construit face à de nombreux problèmes politiques et sociaux.

Au lieu de cela, on nous a proposé des slogans, des promesses et des bavardages, mais aucune critique claire et nette. Cela ne fait qu'aggraver le chaos actuel dans lequel se trouve l'UE. On peut difficilement dire que les vainqueurs de ces élections possèdent le genre d'idées ou même la volonté nécessaire pour réformer l'Union.

fpe3phs9o9xa3vq3miv9d