Le Rassemblement démocratique libéral-conservateur au pouvoir à Chypre (DISY) a subi un coup dur lors des élections européennes de mai.

Après avoir remporté 37,75 % des voix en 2014, sa part du vote est tombée à 29,02 %. Cela peut s'expliquer par l'évolution idéologique du DISY vers une rhétorique nationaliste et l'abandon de son approche traditionnelle pro-UE et modérée à l'égard de la division de longue date de Chypre.

Le changement nationaliste a coïncidé avec la position dure adoptée par le président Nicos Anastasiades sur les aspects fondamentaux d'un compromis concernant la division de Chypre proposé sous les auspices des Nations unies. Il en a résulté une impasse totale pendant deux ans et une escalade des tensions et des revendications de la Turquie concernant l'exploration des ressources en gaz naturel sur le plateau continental entourant l'île.

Un mois à peine avant le scrutin, Anastasiades et DISY sont entrés dans une confrontation féroce avec le Parti progressiste des travailleurs (AKEL). C'est ce dernier candidat chypriote turc, l'universitaire Niyazi Kizilyurek, qui a été à l'origine de cette décision.

Malgré une campagne concertée contre lui, Kizilyurek a réussi à obtenir sa place en tant que député européen.

Il a pu compter sur un large soutien de la part des partisans de la paix de la société chypriote grecque ainsi que des Chypriotes turcs – au nombre d'environ 4 500 selon les sondages de sortie – dont beaucoup sont venus du nord de l'île pour exercer leur droit de vote aux élections européennes pour la première fois.

Cette évolution est d'une grande importance pour la scène politique chypriote et la stricte séparation des droits de vote entre les citoyens grecs et turcs depuis la création de la République en 1960. DISY a perdu une partie de ses partisans modérés, qui ont pour la plupart choisi de s'abstenir ou d'apporter leur soutien à Kizilyurek.

Les résultats des élections n'ont finalement pas modifié la répartition des sièges au Parlement européen entre les partis. DISY (PPE) et AKEL (GUE-NGL) conservent chacun deux sièges, tandis que le Parti démocratique centriste nationaliste et centriste et le Mouvement pour la social-démocratie EDEK (tous deux S&D) conservent un siège chacun.

Enfin, le parti ultranationaliste néonazi ELAM, la branche chypriote de l'Aube Dorée grecque, a obtenu 8,25 % des voix. En chiffres absolus, ELAM a connu une augmentation rapide de son influence au sein de la société chypriote grecque, où elle n'avait peut-être que 500 partisans en 2009. Le chiffre pour 2019 est estimé à environ 23 500.

Les électeurs plus jeunes et plus marginalisés, en particulier, ont tendance à trouver les slogans néonazis patriotiques et anti-étatiques du parti séduisants, dans une société chypriote grecque confuse quant à son avenir politique et ses relations avec la partie nord de l'île. Cependant, la part du vote du parti n'a pas été suffisante pour lui permettre d'obtenir un siège au Parlement européen.

v2qwsqdorlgejwjurg3cs