Comme nous l'avions prédit, les élections européennes se sont avérées être un référendum sur les partis au pouvoir : le Parti du centre (gauche-libéral), le parti conservateur Pro Patria et l'extrême droite EKRE. Après que le Parti du Centre eut invité EKRE à des pourparlers de coalition en mars, il a été largement critiqué par les médias, les organisations de la société civile, les politiciens de l'opposition, et même par certains membres du parti lui-même.

Une série de scandales apparemment sans fin a contraint le Premier ministre Jüri Ratas à s'excuser presque tous les jours pour le comportement de son partenaire de coalition. EKRE détient maintenant le record du ministre avec le mandat le plus court (29 heures), puisque son ministre de l'Informatique et du Commerce extérieur a dû démissionner après avoir été accusé de violences domestiques en série.

EKRE a demandé que les journalistes supposément de gauche travaillant dans la radiotélévision publique soient "punis", promis de démanteler l'"État profond", et embarrassé même Marine Le Pen avec des gestes faisant référence aux suprémacistes blancs . Combiné à des prévisions de recettes décevantes, qui ont conduit à des plans de coupes budgétaires, le nouveau gouvernement n'est pas vraiment populaire.

Rhétorique gouvernante contre rhétorique incendiaire

Les résultats des élections européennes reflètent cette insatisfaction. Bien que les élections aient toujours porté davantage sur les personnalités que sur les partis politiques, le résultat est néanmoins révélateur. Les partis d'opposition, les Sociaux-démocrates et le Parti libéral réformiste, ont obtenu 49,5 % des voix ensemble et quatre sièges sur six au Parlement européen. Les petits partis non parlementaires ont obtenu 5,9 % des voix.

Raimond Kaljulaid, ancien membre du Parti du Centre, qui a quitté le parti pour protester contre son soutien à l'extrême droite, a obtenu 6,2 % des voix. Tout aussi inquiétante pour le parti du centre doit être la perte de son vote russe traditionnel. Dans le district de Tallinn, essentiellement russophone, de Lasnamäe, le parti a perdu la moitié des voix qu'il avait obtenues lors des dernières élections européennes. Pourtant, le siège unique remporté par le Parti du Centre est allé à Yana Toom, une autre critique importante de la coalition actuelle.

En termes de politique européenne, la répartition des six sièges de l'Estonie a peu changé : l'extrême droite a obtenu un mandat, mais la plupart des sièges ont été attribués à Renew Europe (libéraux). Sur le plan intérieur, cependant, la période qui arrive s'annonce intéressante. À présent que le Parti du Centre n'a plus à se battre pour les élections, il doit se concentrer sur le gouvernement. Après quelques mois de son nouveau mandat de quatre ans, il montre déjà des signes de fatigue. La cascade quotidienne de rhétorique incendiaire d'EKRE est frustrante pour les deux partenaires de la coalition.

Les prochains mois pourraient donner lieu à des grèves de la part des universitaires, des secouristes et des mineurs de schistes bitumineux. Pour les responsables du Parti du Centre qui font campagne dans des zones progressistes, des zones russophones ou qui trouvent déjà personnellement l'extrême droite répugnante, les résultats des élections européennes sont un signe inquiétant.

02ym3w3v0w8jg5ljtsyrerj