Les grands vainqueurs des élections européennes en Roumanie ont été le Parti libéral national (10 sièges) et le groupe PPE (14 sièges en tout, un de moins qu'en 2014) auquel il est affilié. Le Parti social-démocrate (PSD) n'a remporté que la moitié des voix qu'il avait obtenues lors des élections législatives de 2016 (22 %). Cette décision fait suite à sa tentative de modifier la législation anticorruption afin de mettre fin aux accusations criminelles portées contre son chef, Liviu Dragnea.

La défaite était attendue mais son ampleur est quelque peu surprenante, donnant au parti seulement huit sièges, soit le même nombre que l'Alliance 2020, membre de Renew Europe (groupe libéral au Parlement européen). Pro Romania, un nouveau parti fondé par l'ex-premier ministre Victor Ponta et affilié au Parti socialiste et démocrate européen, a reçu deux mandats, tout comme le Parti du mouvement populaire dirigé par l'ancien président Traian Băsescu et l'Alliance démocratique des Hongrois de Roumanie, qui ont contribué à la direction du PPE. Etant donné qu'il n'y a pas de parti écologique en Roumanie, il ne pourrait pas y avoir d'élan vert ici. Bien que les résultats définitifs aient largement confirmé les sondages préélectoraux, l'augmentation du taux de participation de 32 % en 2014 à 49,2 % n'avait pas été prévue.

Pour la défense de l'Etat de droit et de l'indépendance de la justice

Cette augmentation a été induite par un référendum sur les projets du PSD de réforme du système judiciaire, qui s'est tenu le même jour que les élections européennes. Appelé par le président roumain Klaus Iohannis, il a demandé aux citoyens s'ils soutiendraient l'interdiction des amnisties et des grâces dans les affaires de corruption et l'adoption par le gouvernement d'ordonnances d'urgence concernant le pouvoir judiciaire (un domaine dont les sociaux-démocrates avaient abusé auparavant).

Aussi compliqué que cela puisse paraître, le résultat était clair : plus de 85 % des électeurs ont rejeté les plans des sociaux-démocrates. Si le président lui-même peut considérer son initiative comme un succès personnel, le résultat doit également être considéré comme la preuve que les citoyens roumains sont disposés à défendre l'État de droit et l'indépendance de la justice, ce que le PSD a tenté de subordonner comme Viktor Orbán l'a fait en Hongrie.

Au lendemain des élections européennes, le président du PSD Liviu Dragnea s'est rendu au tribunal pour le dernier appel de son procès concernant l'embauche frauduleuse de deux travailleurs du parti. La Cour suprême l'a condamné à trois ans et six mois de prison. La décision est finale.

2vpp98zekkek4cvlxta30a