Depuis de nombreuses années, le biodiesel est vendu en Europe comme une alternative à l'essence traditionnelle, plus polluante et taxée. Dans les premières années du XXIe siècle, l'UE a pesé de tout son poids pour promouvoir ce carburant, et a depuis obligé ses membres à faire de même et à l'inclure dans la distribution. L'Espagne est l'un de ses producteurs les plus importants. Cependant, le biodiesel a depuis perdu sa réputation de propreté. Tout a changé à cause d'un vieil ennemi qui est au centre de sa production : l'huile de palme.

L'huile végétale que les entreprises alimentaires prétendent maintenant avoir éliminée (les étiquettes "sans huile de palme" sont devenues monnaie courante sur les emballages de céréales et de bonbons) se trouve maintenant dans le réservoir de votre voiture plutôt que dans ce que vous mangez. Une grande partie de la responsabilité incombe à l'Espagne : 92 % de l'huile de palme importée en Espagne est utilisée pour les biocarburants et 72 % du biodiesel produit et raffiné dans le pays provient d'huiles végétales, selon la Commission nationale des marchés et de la concurrence (CNMC). Bien qu'il s'agisse de chiffres énormes en soi, ils deviennent encore plus impressionnants si l'on considère que l'Espagne est l'un des plus grands fabricants européens de ce biocarburant, avec les Pays-Bas et l'Italie. L'utilisation de carburants dérivés de l'huile de palme sera interdite d'ici 2030 et commencera à être éliminée progressivement en 2023.

Malgré l'interdiction prévue, des groupes de défense de l'environnement tels que Ecologistas en Acción ont décidé de lancer une campagne intitulée #SiEsPalmaNoEsBio ("Si c'est de l'huile de palme, ce n'est pas bio") pour réclamer des mesures plus strictes et plus urgentes afin de mettre fin à l'utilisation de l'huile de palme pour les biocarburants. "L'Espagne n'a pas vraiment fait quoi que ce soit depuis que l'Europe a commencé à repenser son utilisation des biocarburants dérivés de l'huile de palme. Le temps s'est écoulé sans aucun changement, avec l'importation et la production d'huile de palme au même niveau, parfois plus élevé", explique Rosalía Soley, coordinatrice de la campagne écologiste espagnole. "La seule mention de cette question figurait dans le Plan national pour l'énergie et le changement climatique et même là, elle était marginale".

Selon elle, l'huile de palme n'est pas une solution verte : elle émet trois fois plus de gaz à effet de serre que le diesel et n'est pas du tout durable. Comment est-ce possible ? "Il faut tenir compte de la déforestation, des transports, du processus et de l'évolution de l'utilisation des terres. Lors de la création de ces monocultures, de nouvelles terres sont toujours nécessaires, et l'impact est donc énorme. Cela pose un autre problème pour l'Espagne : l'origine de la matière première. Les principaux exportateurs d'huile de palme avec lesquels nous commerçons pour produire du biodiesel sont l'Indonésie et la Malaisie, deux pays dont les forêts tropicales humides sont brûlées et détruites afin de planter des monocultures comme l'huile de palme et des légumes similaires avec des répercussions brutales sur l'environnement au niveau mondial". La preuve est claire et appuie l'argument de Soley. L'Indonésie produit à elle seule plus de 51 % de l'huile de palme importée par l'Espagne, tandis que la Malaisie en produit plus ou moins 19 %. Au niveau mondial, ces pays contrôlent 85% du marché de l'huile de palme.

Les principaux acteurs de l'Europe

La réticence à interrompre l'utilisation de l'huile de palme dans la production de biocarburants n'est pas le fruit du hasard. Elle constitue un élément essentiel de l'industrie espagnole, ce qui se reflète dans les chiffres mondiaux. L'Espagne est le quatrième producteur de biodiesel en Europe et le septième au niveau mondial. Cette production est légèrement inférieure à celle de l'Allemagne et de la France et très proche de celle des Pays-Bas, mais l'huile de palme est toujours essentielle pour l'industrie espagnole. Selon les données de Oilworld, l'Espagne est le plus grand producteur de biocarburants à base d'huile de palme dans l'UE avec 43 % de part de marché. L'Italie, les Pays-Bas et l'Espagne représentent 82 % des biocarburants à base d'huile de palme de l'UE. Le marché espagnol est contrôlé par les trois géants pétroliers nationaux CEPSA, Repsol et BP.

Le biodiesel représente 7 % du diesel espagnol et, bien que les raffineries produisent des biocarburants à partir d'autres légumes comme le colza et le soja, 72 % de toute la production utilise de l'huile de palme (15 % de colza et 10 % de soja).

Les exportations espagnoles d'huile de palme sont principalement destinées au Portugal et à la France. Malgré cela, par rapport aux 600 000 tonnes importées d'Indonésie, seules 28 000 tonnes sont exportées vers le Portugal, ce qui prouve que la consommation intérieure domine ce secteur.

Et à présent ?

Compte tenu de l'importance de cette activité pour l'industrie espagnole, une question demeure : Que se passera-t-il lorsque l'Espagne devra finalement cesser sa production de ce biocarburant ? La réponse est complexe et, à l'heure actuelle, il n'y a pas de plan clair.

"En tant qu'écologistes, nous croyons que l'huile de palme ne devrait pas remplacer une autre huile végétale. Nous devons aller à la racine du problème. Nous devons réduire notre consommation de combustibles. Ce qui compte avant tout, c'est l'endroit où nous déplaçons notre consommation. Nous devons encourager une consommation plus responsable, basée sur les énergies renouvelables et durables", explique Soley. L'industrie pétrolière choisit d'emprunter d'autres voies, les biocarburants. Si l'huile de palme ou le soja ne sont pas disponibles, ils chercheront des alternatives comme les algues marines ou l'huile de cuisson.

Le grand problème, selon Ecologistas en Acción, est que la solution de l'Union européenne à ce problème n'est pas définitive et laisse beaucoup de questions sans réponse claire. "Le Haut Commissariat indique clairement que l'huile de palme n'est pas durable, mais qu'il existe encore de nombreuses lacunes. Ils n'ont pas affronté les grandes entreprises comme l'industrie du soja et ils ont laissé la porte ouverte à un réétiquetage de l'huile de palme comme biocarburant vert".