Le virage politique en Italie avec le départ du gouvernement de la Ligue de Matteo Salvini, a des répercussions sur l’ensemble de l’Europe. D’abord parce que le leader d’extrême-droite mettait l’Italie sur une stratégie de la tension avec l’Union européenne ; mais surtout parce que c’est tout le paysage politique européen qui est affecté.

Au début de l’année, alors que démarrait la campagne des élections européennes, les mouvements populistes et d’extrême droite en Europe promettaient de devenir une force majeure au Parlement de Strasbourg. Et ils avaient deux exemples à mettre en avant pour montrer qu’ils avaient le vent en poupe : l’Autriche et l’Italie.

Depuis, l’extrême-droite a quitté le pouvoir avec fracas, à Vienne comme à Rome, et si elle pèse un peu plus lourd au Parlement européen, ça ne lui donne pas la capacité de bloquer ou même d’influencer le fonctionnement des institutions européennes comme elle l’espérait. […] Lire la suite sur le site de Géopolitiques.