Entretien médias et éthique

Chris Elliott : “Le journalisme subit une pression énorme alors que nous cherchons à créer un nouveau modèle économique”

Lancée par le Réseau du journalisme éthique (EJN) et soutenue par la Fondation Evens, l'initiative "Building Trust in Journalism" vise à relever les défis auxquels les médias sont confrontés dans les pays d’ Europe centrale et orientale. Chris Elliott, de l’EJN et ancien défenseur des lecteurs du Guardian, présente les principaux résultats obtenus jusqu'à présent.

Publié le 10 novembre 2021 à 09:44

Voxeurop : Pourquoi avez-vous lancé l'initiative Building Trust in Journalism (“Créer la confiance dans le journalisme”) et en quoi consiste-t-elle ?

Chris Elliott: En tant qu'organisation qui soutient l'éthique des médias dans le monde entier, nous voulions attirer l’attention sur les pays du groupe de Visegrád (Hongrie, Pologne, République tchèque et Slovaquie) et sur les pays d'Europe centrale et orientale (PECO) pour étudier la manière dont les médias se sont développés après la chute du communisme.

L’EJN n'ayant jamais travaillé dans ces pays-là, nous voulions aller sur le terrain et rencontrer des journalistes de tous horizons et de toutes plateformes afin de nous faire une idée des principaux défis auxquels ils sont confrontés au quotidien. Par exemple, en Pologne, les médias ne doivent pas seulement refléter la politique, et il y a également une presse catholique influente. Le meilleur moyen de comprendre comment les comportements des médias varient entre les villes et les zones rurales les plus conservatrices est de se rencontrer face à face.

Pourquoi avez-vous choisi de vous focaliser sur la Bulgarie, la République tchèque, la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie, l'Ukraine et la Géorgie ? Y a-t-il dans ces pays un problème spécifique lié à la confiance dans le journalisme et les journalistes ? Est-il lié à la relation entre les journalistes et les politiciens ou les entreprises ?

SI nous avons choisi ces pays, c’est d'abord parce qu'ils représentent bien les différences démographiques de la région, mais aussi car dans de nombreux cas, ils sont confrontés à des problèmes similaires, tels que le contrôle des médias, des problèmes qui remettent en question l'éthique du journalisme. La chute du communisme faisait espérer plus de pluralisme dans les médias, mais on constate aujourd’hui qu’il n’en est rien et qu’au contraire, la situation semble même s’être  dégradée. Nous voulions donc comprendre comment cela affectait les principes journalistiques de base sur lesquels l’EJN est fondé, à savoir : vérité et exactitude, indépendance, équité et impartialité, humanité et responsabilité.

Quelles sont les principales conclusions de vos recherches jusqu'à présent ? La situation politique particulière de la Pologne et de la Hongrie a-t-elle un impact sur l'éthique journalistique ?

Les principaux résultats de nos recherches varient mais dans tous les pays, les journalistes ressentent la pression des changements financiers, politiques et sociaux du contexte dans lequel ils exercent. Il est intéressant de constater que si de nombreux journalistes sont confrontés aux mêmes problèmes à l'échelle mondiale, l'impact sur la profession semble être plus important dans les PECO. La Hongrie et la Pologne ont toutes deux des gouvernements autoritaires qui cherchent à exercer leur pouvoir sur les organes de presse de plusieurs manières. Tout d'abord, en veillant à ce que le personnel des médias publics soutienne le gouvernement, souvent en licenciant les anciens employés et en s'assurant que leurs remplaçants comprennent le message. Ensuite, en diffusant des publicités d'État sur des médias sympathisants et enfin, dans certains cas, en s'assurant que les médias indépendants sont achetés par de riches hommes d'affaires proches du pouvoir. 

Chaque pays est-il différent, ou avez-vous trouvé des similitudes, des modèles communs ? Comment ont-ils évolué au cours des 15 dernières années ?

Il existe des similitudes évidentes, comme la multiplication des gouvernements autoritaires. Cependant, en République tchèque par exemple, le service public audiovisuel est parvenu à conserver son indépendance. Par conséquent, les Tchèques semblent faire  davantage confiance aux médias publics. En Slovaquie, le meurtre du journaliste Ján Kuciak et de sa petite amie Martina Kušnírová en 2018 a  rassemblé la communauté des journalistes. Ján Kuciak enquêtait sur des allégations de corruption avant d'être tué ; depuis son assassinat, le journalisme d'investigation a gagné en importance dans le pays. 

Y a-t-il une différence entre l'Europe de l'Ouest et l'Europe de l'Est en matière d'éthique journalistique ? Si oui, sur quels sujets ? 

Je pense que la plupart des journalistes croient instinctivement en l'éthique – le fait de vouloir "réconforter les affligés et affliger ceux qui vivent confortablement" est la raison pour laquelle tant de personnes se lancent dans ce métier.

Cependant, le journalisme est soumis à une pression énorme, alors qu’un nouveau modèle commercial commence à remplacer l'ancien modèle publicitaire. A l'Ouest, on commence à s'accommoder des formats publicitaires tels que les bandeaux, on voit une forte augmentation des publireportages, et les annonceurs font pression pour que ces contenus ressemblent de plus en plus à l'information. À l'Est, on trouve des exemples de publireportages et, bien évidemment, d'énormes pressions politiques sont exercées en vue de soutenir lee gouvernement ou une publicité d'Etat aujourd’hui disparue. 

En Europe de l'Est comme de l'Ouest, on observe des signes encourageants : on constate une plus grande acceptation des paywalls, mais aussi d'un nouveau style de financement indépendant basé sur l'adhésion, les abonnements et les dons. Les gens commencent à se faire à l'idée que s'il est naturel de payer pour Spotify ou pour des chaînes de télévision, ça vaut aussi la peine de donner une petite somme pour soutenir le journalisme éthique indépendant.

Quelles sont vos principales recommandations ?

Au sein de l’EJN, nous pensons que la mise en réseau et le partage d'expériences est le meilleur moyen de trouver des solutions pour surmonter les défis de l'éthique et des médias indépendants. Il existe d'excellents exemples de journalistes et de médias qui se réunissent de différentes manières pour faire face à la situation. Sans ce type de collaboration et de partage transfrontaliers, les journalistes restent cloisonnés et nous souhaitons vivement que ce problème soit résolu. 


Le meilleur du journalisme européen dans votre boîte mail chaque jeudi


EUROPE TALKS

Répondez à la question ci-dessous pour rejoindre Europe Talks : une conversation en face-à-face en ligne avec des personnes de par l’Europe qui ne partagent pas forcément votre point de vue ! 👇


Cet article vous a intéressé ? Nous en sommes très heureux ! Il est en accès libre, car nous pensons qu’une information libre et indépendante est essentielle pour la démocratie. Mais ce droit n’est pas garanti pour toujours et l’indépendance a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à publier une information indépendante et multilingue à destination de tous les Européens. Découvrez nos offres d’adhésion et leurs avantages exclusifs, et devenez membre dès à présent de notre communauté !

Média, entreprise ou organisation: découvrez notre offre de services éditoriaux sur-mesure et de traduction multilingue.

Soutenez le journalisme européen indépendant

La démocratie européenne a besoin de médias indépendants. Rejoignez notre communauté !

sur le même sujet