L’Ukraine d’aujourd’hui est un cas d’école sur le thème : “La fragilité de la démocratie ou comment on nous pousse de nouveau vers la dictature”. L’homme qui avait profondément intériorisé “l’offense de 2004” [lors de la présidentielle, il avait été battu par Viktor Iouchtchenko] savoure sa vengeance. Viktor Ianoukovitch est le premier “président minoritaire” de notre histoire — au deuxième tour de la présidentielle [en février dernier], il a obtenu moins de 49 % des voix. Il semblait donc qu’il serait encore moins à même de s’imposer que son prédécesseur. Mais nous étions bien les seuls à le croire, nous autres naïfs qui pensions que la Constitution d’un pays était intangible.

**Cet article a été retiré à la demande du propriétaire du copyright.**