En janvier 2014, sept ans après être devenus citoyens de l'Union européenne, les Roumains et les Bulgares ne seront plus soumis aux dispositions transitoires sur l'immigration. Au Royaume-Uni, on s'attend déjà à un nouvel afflux d'immigrants semblable à celui de 2004, lorsque les citoyens des huit pays dits "A8" [République Tchèque, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Slovaquie, Slovénie] ont obtenu le droit de voyager et de travailler sur tout le territoire de l'Union. [Plus tard, entre 2008 et 2011, le Royaume-Uni a adopté des mesures limitant l'accès au marché du travail pour les nouveaux Européens.]

Un examen des facteurs incitant à l'immigration – emploi, revenu national brut (RNB) par habitant et perspectives d'avenir dans toute l'Europe – laisse toutefois penser que l'arrivée d'immigrants en provenance de Roumanie et de Bulgarie devrait être nettement moins importante qu'en 2004 et plus étalée dans le temps.

Une étude récente de l'Observatoire des migrations de l'université d'Oxford s'est intéressée aux effets à long terme du "raz-de-marée" migratoire suscité par l'élargissement de 2004, en le replaçant dans un contexte plus large. En 2004, les autorités prévoyaient l'arrivée de 15 000 "nouveaux Européens" par an au Royaume-Uni. Entre 2004 et 2012, les flux migratoires à long terme de citoyens européens ont augmenté en moyenne annuelle de 170 000 personnes, par rapport à 67 000 les six années précédentes.

En tant que citoyens européens, les ressortissants des pays "A8" représentaient 50% de ces flux, ce qui signifie que les citoyens d'Europe de l'Est n'ont compté que pour un tiers de l'immigration totale au Royaume-Uni. Reste que la levée des restrictions n'ayant pas été correctement anticipée, cet épisode a laissé des traces profondes dans le paysage politique.

Le compte à rebours est lancé

Sur son site Internet, l'UKIP (parti pour l'indépendance du Royaume-Uni) a lancé un compte à rebours jusqu'au jour où – ainsi que le Telegraph l'a écrit – "29 millions de Roumains et de Bulgares pourront venir vivre et travailler au Royaume-Uni sans restriction".

Une étude de l'Open Society Institute de Sofia estime pourtant que les immigrants bulgares devraient être "nettement moins nombreux et causer moins de perturbations sur le marché du travail" qu'après l'élargissement de 2004.

L'emploi est l'un des principaux facteurs économiques pour les candidats à l'immigration. En 2004, le taux de chômage atteignait les 18,9% en Pologne alors qu'il était de 4,6% au Royaume-Uni. La récente montée du chômage au Royaume-Uni en fait aujourd'hui une destination moins prisée. Cela vaut encore plus pour la Roumanie où le taux de chômage – 6,7% – est plus faible qu'au Royaume-Uni.

Ainsi que l'a récemment déclaré Ivan Krastev, directeur du Centre for Liberal Strategies de Sofia, [dans un entretien au Guardian http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2013/jan/16/david-cameron-bulgarian-benefit-tourists], si les perspectives d'emploi étaient le seul facteur d'immigration, l'Espagne et la Grèce seraient de bien meilleures destinations. Il faut aussi noter que les jeunes – qui forment généralement la catégorie la plus mobile de la population – sont de moins en moins nombreux en Roumanie et devraient donc émigrer de manière plus diffuse.

L'immigration n'est pas une science exacte

La différence de revenu par habitant et le désir d'émigrer pour une vie meilleure font également du Royaume-Uni une destination intéressante mais là encore, moins qu'en 2004. Le revenu par habitant en Roumanie et en Bulgarie représente respectivement la moitié et le tiers de celui au Royaume-Uni, soit beaucoup plus que celui des Polonais au moment de leur entrée dans l'Union (ils gagnaient alors un cinquième du revenu des Britanniques).

La levée des restrictions de visa entre l'Autriche, la Belgique, l'Allemagne, l'Irlande, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, la France et le Royaume-Uni se traduira également par une multiplication des marchés du travail où les immigrants pourront se diriger.

L'étude des flux migratoires n'est pas une science exacte et il est certain que l'on assistera à une augmentation du nombre d'immigrants. Le réflexe consistant à prédire instantanément les chiffres de l'immigration semble toutefois nourrir de vieilles peurs sur le partage du travail, du logement et des aides sociales, cela quand il ne remet pas en question les motivations mêmes des immigrants.

Ces réactions n'aident en rien les responsables à résoudre les problèmes économiques et sociaux liés à l'existence d'un marché commun et continuent de nous empêcher de construire des relations positives avec les pays d'Europe de l'Est.