Pour justifier la décision inédite sur la taxe bancaire, le ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, a dit que le modèle économique de Chypre “avait fait faillite”. Selon son opinion fasciste [sic], il considère donc que “celui qui investit son argent dans un pays où l'impôt est faible et peu contrôlé doit en subir les conséquences quand les banques de ce pays cessent d'être viables”.

Nous sommes persuadés que ces initiatives fiscales ont été débattues devant les ministres grecs et chypriotes. Et qu'ont-ils répondu? Ont-ils rappelé que le modèle de Chypre n'a pas été fabriqué par une meute de magouilleurs mais par un Etat européen qui a subi une invasion et une occupation militaires et a dû trouver un moyen de survivre ?

Le tourisme, l’affrêtage naval et les transactions bancaires sont devenues attrayantes grâce à un taux d'imposition faible et à de nombreuses facilités et abattements, parce que cet Etat — dont la moitié est sujette à une occupation militaire sans qu'aucun Schäuble ne le pointe du doigt —  avait attiré des investissements étrangers pour ne pas s'effondrer.

Parce qu'il devait trouver des moyens de se développer alors que la Turquie — qui contrôle 700 000 électeurs d'origine turque en Allemagne — a étranglé l'Etat chypriote en volant 65% de ses hôtels, 87% des projets de complexes touristiques, 40% de ses établissements scolaires, 48% de ses exportations agricoles et 56% de ses plages (nous répéterons sans cesse ces chiffres pour ne pas oublier l'Histoire).

Comment la république de Chypre aurait alors survécu sans utiliser un modèle économique qui attirerait les investissements requis pour se remettre de l'invasion [de 1974] ? Monsieur Schäuble s'en tient-il à ses cours d'économie sans regarder l'Histoire ? Personne ne lui a dit que sur les 80 sociétes maritimes étrangères enregistrées à Limassol, 36 sont allemandes et seulement 3 sont russes ? Ou peut-être le problème est il là : les Allemands ont 3 sociétés russes dans les pattes alors qu'il va y avoir du travail avec le gaz naturel et que les pétroliers vont aller et venir en Méditerranée ?