Pour : Une décision juste, quoique tardive

Marcello Messori,Corriere della Sera, Milan

Le 21 novembre, les pays de la zone euro sont parvenus à définir une position commune avec les autres membres de l'UE et avec le FMI pour éviter un défaut de paiement qui aurait menacé l'avenir de la monnaie unique. Face à la crise de la dette privée irlandaise, qui menace d'entraîner avec elle les finances publiques du pays, ils vont utiliser le fonds de stabilisation constitué au printemps dernier pour affronter la crise de la dette grecque.

Les modalités et la teneur de ce nouveau plan indiquent d'ores et déjà que, tout comme pour la Grèce, une solution a été trouvée alors que l'on était au bord du précipice. Cela induit deux éléments d'optimisme et une inquiétude pour tous ceux qui ont à cœur le destin de l'euro et souhaitent, pour son renforcement et sa croissance, une plus grande coordination entre les Etats membres.

La première raison d'être optimiste est que, malgré les faiblesses des institutions européennes et les erreurs politiques de parcours, les pays européens leaders et les institutions internationales parviennent à la 25e heure à trouver des issues raisonnables avec les gouvernements au centre des crises. Le second élément positif est que même si elles ont une forme erratique et confuse, ces solutions constituent des progrès dans la construction des deux éléments indispensables à une solution plus stable et structurelle des crises internes à l'Union monétaire : une coordination fiscale plus forte et une vigilance financière plus intégrée.

Ces deux raisons d'être optimistes ne peuvent toutefois masquer un élément qui revient systématiquement : les solutions européennes surviennent tardivement et au bout de parcours déchirants qui laissent des traces.

En plus d'augmenter les coûts financiers et sociaux de chaque manœuvre d'ajustement, cela indique que de nombreux dirigeants nationaux ne sont pas parvenus à communiquer à leurs électeurs ce qui devrait aller de soi : sans une zone économique et institutionnelle intégrée, tous les pays d'Europe continentale (France et Allemagne comprises) seront condamnés dans une dizaine d'années à jouer un rôle secondaire par rapport aux grandes puissances asiatiques et américaines.

Face à un enjeu aussi stratégique, il serait préférable, plutôt que d'invoquer dans une optique politique exclusivement interne une "punition" des Etats membres les moins vertueux et des investisseurs imprudents, que madame Merkel et ses adversaires se dépensent pour convaincre la classe moyenne allemande que son bien-être futur est étroitement lié au destin de l'Europe et que, pour cela, sa force économique doit se traduire par une force politico-institutionnelle au service d'une construction européenne coopérative.

Contre : Une aubaine de plus pour les banques

Lisa Nienhaus et Christian Siedenbiedel, Frankfurter Allgemeine Sonntagszeitung (extraits), Francfort

Josef Ackermann est subitement devenu un homme d’Etat. Ces derniers jours, le PDG de la Deutsche Bank s’est lancé dans une tournée bruxelloise, rendant visite au président de la Commission européenne [José Manuel Barroso], au président du Conseil européen [Herman Van Rompuy] et au commissaire chargé du marché intérieur [Michel Barnier]. "L’Europe doit être protégée dans son ensemble et ne pas tomber victime de raisonnements économiques à court terme", a-t-il déclaré.

Lorsqu’un Suisse, patron de la Deutsche Bank, professe un tel amour de l’Europe, la prudence est de mise. Le message de Josef Ackermann est clair : les pays européens doivent apporter leur aide financière à l’Irlande. Ce qu’Ackermann ne dit pas apparaît toutefois clairement lorsqu’on y regarde à deux fois : en aidant l’Irlande, l’Europe aiderait aussi les banques allemandes, deuxième plus grands créanciers de l’Irlande après le Royaume-Uni. Les banques allemandes ont consenti plus de 100 milliards d’euros de crédit à l’Irlande, dont près de 40 milliards d’euros à des banques irlandaises. Il est vrai qu’il fut un temps où l’Irlande était le casino favori de l’Europe.

La crise financière est revenue là où elle a commencé : au niveau des banques. Ces dernières sont de plus en plus effrontées. Il y avait eu la faillite de Lehman Brothers, qui justifiait le sauvetage des banques par l’argent public, mais c’est à présent à éviter toute crise potentielle que l’argent des contribuables devrait servir. Les banques n’auraient ainsi pas à couvrir le risque pour lequel elles font pourtant payer des intérêts rondelets : celui d’une situation de crise plaçant un débiteur dans l’impossibilité d’honorer ses engagements.

Voilà qui fait sortir les économistes de leurs gonds.

Pour Hans-Werner Sinn, directeur de l’Ifo Institut de Munich, "il existe une alliance entre l’Union européenne et les banques allemandes en faveur d’un plan d’aide à l’Irlande". Il est pourtant clair que l’Irlande n’a pas besoin d’aide. Le PIB par habitant y est 20% supérieur à celui de l’Allemagne et le niveau d’endettement reste maîtrisable même s’il devait s’aggraver. "L’Irlande n’est pas en situation de faillite." En réalité, ce sont les banques qui ont dramatisé la situation afin d’obtenir ce qu’elles voulaient au niveau politique. "C’est toujours pareil. Ca devient usant à la longue."

Une fois encore, les banques allemandes flairent la bonne affaire. Les responsables politiques jouent le jeu et ne pipent pas mot à propos des banques. Les plans de sauvetage à destination des banques ne sont en effet plus très populaires depuis celui d’Hypo Real Estate et consorts [qui a coûté 100 milliards à l’Allemagne]. Il est plus facile de vendre la solidarité avec l’Irlande que la solidarité avec Josef Ackermann. Les banquiers usent et abusent de la rhétorique solidaire, évoquant le spectre de réactions en chaîne et d’effet domino après l’Irlande.

Stefan Homburg, spécialiste des finances à l’université de Hanovre, est convaincu que ces craintes sont exagérées. "Il ne s’agit pas de la survie des banques allemandes mais d’éviter des pertes de valeur", explique-t-il. Pour lui, cela fait longtemps que les grands banquiers sont plus puissants que les responsables politiques, et beaucoup plus intelligents.

Durant la crise, il a acheté des actions de la Deutsche Bank, dont la valeur augmente à chaque plan de sauvetage. "Cette plus-value compensera les impôts supplémentaires que je vais devoir payer à cause du sauvetage des banques."