Angela Merkel était en pleine discussion sur la crise de l’euro quand la sonnerie du téléphone a retenti dans les impeccables bureaux de la chancellerie berlinoise. C’était le Premier ministre portugais, José Sócrates, qui appelait à l’aide depuis Lisbonne. Le Portugal est en effet sur le point de devenir le troisième des 17 pays membres de la zone euro à s’effondrer sous le poids de sa dette souveraine et devrait bientôt avoir besoin de l’aide de l’Allemagne. D’après des témoins de la scène, Sócrates avait l’air désespéré et prêt à tout.

Une confiance extrêmement limitée des uns envers les autres

Il demanda à Merkel ce qu’il devait faire, lui promit de faire tout ce qu’elle voudrait à une exception près. Il ne demanderait pas d’argent, pas de plan de sauvetage assorti de conditions draconiennes. D’après des sources berlinoises, Merkel aurait fait patienter Sócrates pendant qu’elle demandait l’avis de ses visiteurs tout-puissants, Dominique Strauss-Kahn, directeur du Fonds monétaire international (FMI), et Giulio Tremonti, le très influent ministre italien des Finances qui s’est récemment déclaré favorable à l’introduction d’ "euro-obligations" comme solution à la crise. Strauss-Kahn, qui parle allemand, a émis un avis négatif sur le cas Sócrates. L’appel au secours du Portugais était inutile, expliqua-t-il, car le Premier ministre ne suivrait pas les conseils qu’on lui donnerait.

La scène, qui s’est déroulée la semaine dernière à Berlin, illustre parfaitement ce qu’un haut responsable allemand désigne comme "le grand problème de communication de l’Europe". Alors que l’Union européenne (UE) traverse une de ses crises les plus graves, les hauts responsables et grands décideurs européens témoignent d’une confiance extrêmement limitée les uns envers les autres, ce qui complique énormément leur tâche pour sauver l’euro.

Cette semaine, les ministres européens des Finances réunis à Bruxelles se sont emparés de la dernière bataille politique liée à la crise de l’euro : comment reconfigurer le plan de sauvetagede 750 milliards d’euros mis en place en mai dernier ? Les discussions sont tombées dans une impasse, la commission européenne prônant une augmentation rapide des fonds disponibles pour les pays en difficulté tandis que l’Allemagne se faisait le porte-parole du camp adverse, arguant qu’il n’y avait pas d’urgence, ni pour réalimenter le fonds, ni pour étendre ses activités de prêt.

Les fondamentaux économiques des pays de la zone euro évoluent dans des directions opposées : l’Allemagne et le nord de l’Europe ressortent renforcés de la récession tandis que les pays du sud sont entraînés dans un cercle vicieux d’endettement et de déflation. Ajoutée aux problèmes de dette d’une demi-douzaine d’autres pays, cette situation a mis l’euro en péril. Toutefois, ces difficultés sont encore aggravées par les frictions entre les responsables politiques chargés de résoudre la crise.

En privé, Barroso prié de "la fermer"

Le jour même où José Sócrates se voyait refuser l’aide de Berlin, José Manuel Barroso, président de la Commission, annonçait à Bruxelles que le fond d’aide européen devait absolument être renforcé. En public, Angela Merkel et son ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, ont qualifié l’intervention de Barroso d’ "inutile". En privé, la chancellerie a prié Barroso de la fermer, arguant que les 440 milliards d’euros garantis par les gouvernements de la zone euro ne le concernaient pas puisqu’il ne s’agissait pas de son argent.

Cela fait un an que l’on assiste à de telles prises de bec. En mai dernier, le débat autour du plan de sauvetage pour la Grèce a donné lieu à de malheureux écarts de langage sur les réparations de la Seconde Guerre mondiale. En novembre, l’Irlande, humiliée, se plaignait d’être tyrannisée par les grandes puissances de l’UE. Aujourd’hui, c’est au tour de l’Espagne et du Portugal de passer sur le grill.

Olli Rehn, commissaire européen chargé des Affaires monétaires, a récemment dénoncé "l’arrogance" des pays qui refusent de réorganiser et d’augmenter les capacités du fond d’aide européen. Encore une fois, c’était l’Allemagne qui était visée par cette petite pique. Berlin ne s’inquiète toutefois pas tellement du Portugal, jugeant son économie trop insignifiante pour avoir des répercussions majeures sur l’euro. Même chose pour l’Irlande et la Grèce. A eux trois, ces pays ne représentent même pas 5% des 12 000 milliards d’euros de PIB de l’Union européenne.

Pour les grands pays européens, la priorité est de regagner la confiance des investisseurs internationaux envers la monnaie unique. Plutôt que le sort du Portugal, c’est davantage le déficit de confiance, notamment des Etats-Unis, qui incite de plus en plus la Banque centrale européenne (BCE) et la Commission européenne à plaider pour un plan d’aide plus flexible et plus ambitieux.

Les grands gestionnaires de fonds d’investissement, notamment américains, pensent que les jours de l’euro sont comptés, ils se disent peu impressionnés par la gestion européenne de la crise et sont en train de réduire leurs investissements. "Les marchés ne croient pas au plan d’aide européen. Certains Américains pensent que l’euro aura disparu d’ici quelques années", explique un haut représentant européen.