"Au début, les paysans me regardaient un peu de travers, avoue Kasim. Mais je les comprends, ils n'ont jamais vu de Noirs". A 29 ans, ce Somalien qui rêvait de l'Allemagne se retrouve à Somcuta Mare, un village reculé de la Roumanie. Il y a quelques semaines, des passeurs sans scrupules lui ont fait croire qu'il était arrivé à bonne destination, raconte Mirel Bran dans le quotidien français Le Monde. Le maire du village, Vasile Alb, s'amuse de ce que les nouveaux immigrants parlent tous allemand : "Quand on voit un Africain ou un Asiatique débarquer chez nous, on sait qu'il va nous dire "Guten Tag" ("bonjour")".

Officiellement, ils sont 65 000 à avoir immigré en Roumanie, un chiffre en constante augmentation. Parmi la nouvelle vague d'immigrants, on retrouve surtout des Africains, des Indiens, des Afghans, et des Irakiens. L'Etat roumain leur assure l'hébergement, les repas, quelques vêtements, mais l'argent de poche se limite à 80 centimes d'euro par jour, le prix d'une bouteille de jus de fruit. Pour joindre les deux bouts, ils font des petits travaux pour les paysans du coin. La crise économique, le chômage, la difficulté de se faire une place en Occident ne leur font pas peur. "Allez quelques jours en Somalie et vous verrez que tout ça c'est de la bagatelle, explique Kasim. En Europe, on a au moins la chance de survivre et ça nous suffit."