"L'adhésion de la Roumanie à l'Union européenne, en 2007, l'a rendue très attractive pour la jeune génération de Moldaves russophones", écrit Mirel Bran, le correspondant du Monde à Bucarest. Depuis quelques années de plus en plus de jeunes Moldaves choisissent de poursuivre leurs études en Roumanie, étape obligée pour ces candidats à l'émigration vers l'Ouest. Mais leur "désir d'Europe" ne s'arrête pas là. La plupart d'entre eux réclament désormais un passeport roumain. Le 14 avril, le président roumain, Traian Basescu qui a pris fait et cause pour cette "nouvelle génération moldave", a demandé explicitement au gouvernement de Bucarest de faciliter les procédures pour permettre l'obtention de passeports par les Moldaves roumanophones. "Depuis, environ 800 000 demandes de passeport ont été déposées au consulat roumain de Chisinau, la capitale moldave", souligne le quotidien français.

Suite aux manifestations anti-communistes qui rassemblèrent de nombreux jeunes dans la capitale moldave au lendemain des élections législatives du 5 avril, les relations entre la Roumanie et la Moldavie se sont tendues. "Le chef de l'Etat moldave avait accusé la Roumanie d'avoir provoqué le désordre à Chisinau pour annexer la Moldavie. Il avait imposé un régime de visas pour les ressortissants roumains", explique Le Monde.

La victoire de l'opposition anticommuniste lors des élections anticipées du 29 juillet pourrait apaiser les relations entre les deux pays. "Mais, au-delà de l'arithmétique électorale, le résultat des élections a donné un souffle nouveau aux Moldaves qui espèrent décrocher un passeport roumain", souligne le quotidien. D'après les prévisions de l'Etat roumain, environ deux millions d'entre eux souhaitent acquérir la nationalité roumaine. Soit la moitié de la population moldave.