Il achète des produits bios et saute chaque matin sur son vélo : c’est en Angleterre qu’on se moque le plus volontiers de l’homo-écolo sapiens. On le traite ainsi de "mother earth lover" ("adorateur de Mère Nature") ou de "bug-eater" ("mangeur d'insectes") et on en oublie presque que les magasins bios vendent plus des antipasti italiens ou du chocolat fin, que des cafards séchés. Mais surtout, ne dites rien ! Car on vous renverrait paître dans votre pré d’un simple "tree hugger"("ami des arbres").

Les véritables cabrioles linguistiques, ce sont les Allemands qui les inventent : alors que l'"Öko" ou encore l'"Ök" (qui signifient tout simplement "écolo") n'ont pas de connotations particulières, il n'en va pas de même pour les termes "Kartoffelstempler" et "Waldorfschüler" qui renvoient respectivement aux tampons sculptés dans des pommes de terre et aux écoles Waldorf où les enfants sont éduqués selon les principes d'une pédagogie alternative. Les écolos sont pacifistes ? Qu’à cela ne tienne, on les appellera alors "Friedensbrezel" ("bretzel de la paix"). Ils mangent des céréales ? Les voilà transformés en "Müsliesser" ("mangeur de muesli") et "Körnerfresser" ("bouffeur de céréales"). Ces appellations sont progressivement remplacés par "Bionadetrinker" ("buveur de Bionade") – une boisson qui fait fureur Outre-Rhin. Mais en France aussi, on se lâche sur les "bobo bio" – être bourgeois et bohème ne suffit plus, il faut désormais manger bio !

Ecrit par Lilian Maria Pithan et traduit par Marion Kapps