A qui pensent les eurodéputés quand ils votent au Parlement européen ? Aux citoyens de l'Union européenne ou à leurs électeurs nationaux ? "Le Parlement européen est une "institution dont la forte 'culture du compromis', souvent étrangère aux traditions nationales, n'est pas l'abri d'arrières-pensées intérieures", écrit le correspondant du Monde à Bruxelles. La recherche du consensus, propre à cette institution est néanmoins facilitée par le fait que l'hémicycle délibère souvent sur de sujets techniques, qualité des carburants, réglementation des télécoms, etc. Les clivages apparaissent davantage sur les questions économiques et sociales, l'environnement ou l'immigration. Mais, les votes, même sur les dossiers plus politiques, surviennent après un long travail de concertation afin d'arriver à une cohésion maximum des députés, pour mieux peser, au final, face au Conseil et à la Commission. Ainsi, en 2008, neuf votes sur dix auraient réuni les voix d'au moins 80% des élus. Dans cette recherche du consensus, "les trois principaux groupes parlementaires – le Parti populaire européen, les socialistes et les libéraux – affichent d'ailleurs un taux de cohésion interne supérieurs à 85% des votes", souligne Le Monde.