La seule chose souveraine en Irlande actuellement est le dédain avec lequel le gouvernement traite ses propres citoyens, en niant, noir sur blanc, qu'un plan de sauvetage de l'UE et du FMI est sur les rails pour sauver l'économie nationale de son lamentable crash.

J'aimerais donc tout d'abord remercier chaleureusement Simeon Djankov, le vice Premier ministre bulgare pour avoir finalement appeler un chat un chat lorsqu'il abafouillé , "Un plan de sauvetage devrait être décidé d'ici une semaine". C'était juste avant la réunion à Bruxelles de journalistes, et aucun d'eux n'a rapporté que mon ami Simeon, après avoir gaffé, avait éclaté de rire.

Donc peut être ne ferais-je pas preuve d'une trop grande naïveté en considérant que Simeon disait la vérité, alors que leTaoiseach Brian Cowen, tout comme la ministre française des Finances Christine Lagarde, assenaient exactement le contraire.

Ce qui veut également dire que "l'équipe" composée d'experts de la Commission européenne, de la BCE et du FMI qui a atterri le 18 novembre à Dublin, peut désormais être considérée comme le gouvernement de facto de la République d'Irlande. Une équipe munie de pouvoirs pour superviser des plans insensés d'austérité budgétaire.

Comme l'a énoncé EUobserver en un tour de phrase tristement limpide, cette équipe "disposera d'un certain degré d'autorité sur le gouvernement élu d'Irlande".

Etant donné qu'ils disposent désormais d'un "degré d'autorité" sur le gouvernement irlandais, il serait normal, pensez-vous, que nous fassions connaissance. Savoir s'ils ont leur bac, connaître leur fromage préféré, leurs signes astrologiques… Mais, selon le porte-parole aux affaires économiques, Amadeu Altafaj Tardio, "Ces personnes ne donnent pas de conférences de presse. Ils n'ont pas besoin de parler à la presse".

Les idées d'Amadeu ont été reprises en choeur par une porte-parole de la BCE "ces personnes n'ont pas besoin d’être des personnalités publiquesLes gens n'ont pas besoin de savoir qui sont ces inspecteurs"

Donc, ce nouveau gouvernement de facto non élu de la République d'Irlande est également secret. Et si un gouvernement secret dans une société démocratique n'était pas assez étrange en soi, alors que pensez de la déclaration d'Amadeu qui explique qu'il ignore le nombre des membres de cette équipe. "Ils seront plus de deux mais moins de dix".

J'aimerais proposer une idée à Amadeu qu'il pourrait ensuite soumettre à "l'équipe".

Puisque les superviseurs n'auront pas à souffrir eux-mêmes des plans d'austérité- ils doivent superviser environ 15 milliards d'euros de réductions des dépenses au cours des 4 prochaines années – soit deux fois plus que les réductions prévues par Osborne-, je leur suggère d'aller dîner dans un charmant restaurant, L'Ecrivain, qui se trouve sur Baggot Street, à Dublin.

Mais attention ! Amadeu, si les gars décident de déguster un risotto d'artichauts de Jérusalemsuivi d'une bonne pièce de gibier du comté de Wicklow et enfin d'une poire caramel pour 59 euros, ils doivent à tout prix réserver.

"Allo bonjour, Vous êtes bien au Restaurant L'Ecrivain"

"HAllo, j'aimerais réserver une table pour dîner"

"Oui, pour combien de personnes ?"

"Plus de deux mais moins de 10 personnes"

"Excusez-moi ?"

"Je souhaite une table pour plus de deux personnes mais moins de 10"

"J’ai bien peur ne pouvoir prendre votre réservation"

[Murmures]

"Très bien, et bien, disons, eh, une table, pour, eh, 10, mais rien n'est moins sûr"

"A quel nom je vous prie ?"

"Les gens n'ont pas besoin de savoir qui nous sommes"

"Pardon ?"

"Ces gens ne sont pas des personnalités publiques"

Vous conviendrez très certainement, Signore Tardio, que s'il n'est visiblement plus utile de dire qui et combien vous êtes quand vous vous occupez des affaires publiques d'une nation, ce type d'attitude ne vous permettra pas d'obtenir une table à L'Ecrivain