Afin de rendre le marché du travail allemand accessible aux réfugiés, dont beaucoup sont peu ou pas qualifiés, des influents représentants de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) ont demandé des exceptions à la loi qui a récemment introduit un salaire minimum dans le pays, écrivent Martin Greive et Ulf Poschardt dans Die Welt.

Le ministre-président de Saxe-Anhalt, le conservateur Reiner Haseloff, a déclaré au quotidien allemand qu'il ne faudrait pas appliquer le salaire minimum à positions d'apprentissage ou sans expérience préalable et que des dispositions spécifiques devraient faciliter l'emploi des travailleurs non qualifiés.

Jens Spahn, un autre éminent démocrate-chrétien, a affirmé que les réfugiés ont besoin d'exceptions au salaire minimum, en particulier dans le secteur des services, et que l'industrie allemande doit leur rendre disponibles des stages ainsi que des positions d'apprentissage et de bas niveau.

Photo: Dirk Vorderstraße/Wikimedia Commons