Cover

Pas une semaine ne passe sans une nouvelle révélation : "Vous êtes perdus ? Voici l’index de référence des plus grands scandales en Autriche", annonce Falter. L’hebdomadaire viennois consacre pas moins d’un numéro spécial aux 35 grandes affaires révélées ces dernières années dans la république alpine. Des affaires qui commencent à sérieusement miner la confiance des Autrichiens dans la démocratie.

Cinq anciens ministres des gouvernements de coalition composés des conservateurs du chancelier Wolfgang Schüssel et du FPÖ (extrême droite) de Jörg Haider sont mis en cause. Parmi les cas d’école, on compte l’affaire Buwog, l’une des plus grandes privatisations de l’après-guerre, réalisée en 2004, dans laquelle le ministre des Finances de l’époque est soupçonné de favoritisme ; ou encore l’affaire Eurofighter, en 2002, qui concerne le plus grand achat d’armes de la IIe République : le ministre de la Défense avait alors opté pour l’option la plus chère, l’Eurofighter, après avoir reçu pendant plusieurs années de l’argent de la part du constructeur EADS.

Ces responsables politiques ont "réinterprété le slogan de campagne de Schüssel, ‘moins d’Etat, plus de privé’*, dans un sens d’enrichissement personnel"*, note Falter.

Mais le chancelier actuel, le social-démocrate Werner Faymann, fait lui aussi l’objet d’une enquête pour s'être "acheté une bonne image" dans plusieurs journaux autrichiens, notamment auprès de la puissante Krone, lorsqu’il était ministre des Transports.

"Ces scandales sont en grande majorité des scandales néolibéraux", remarque le rédacteur en chef de Falter. "C’est-à-dire que, à une époque où la performance individuelle est valorisée, ces gars qui ont réussi, se sont laissés tenter par un enrichissement personnel. Ils ont été pris la main dans le sac de ce qui est, en vérité, une pratique répandue."

Peu optimiste, Falter en appelle à un sursaut des citoyens. Mais déjà d’anciens responsables politiques de tous les partis ont lancé une "dernière mobilisation",l’initiative Mon Autriche. L’objectif des seniors : imposer un plébiscite pour plus de démocratie directe et de transparence dans la politique.