Cover

"Un spectre hante l'Europe, celui de l'effondrement du socialisme". Voici comment débute l'article de Une du International Herald Tribune. Au lendemain de la "claque" infligée au SPD (Parti social-démocrate) lors des élections législatives allemandes, le célèbre quotidien américain ravive le débat sur la mort annoncée de la gauche européenne. "Dans les pays où la gauche est au pouvoir, comme en Espagne ou en Grande-Bretagne, elle est sous le feu des crittiques. Dans les pays où elle est hors-jeu, en France, en Italie et maintenant en Allemagne, elle est divisée et apathique". Comble de l'ironie, le monde connaît "l'une des plus importantes remises en question du capitalisme depuis 75 ans, avec une crise du système financier". Selon le quotidien, un tel déclin s'explique par le récent pillage par le centre-droit de l'arsenal idéologique de la social-démocratie – "un Etat-providence généreux, l'accès égalitaire aux soins de santé, la réduction des émissions de carbone, un léger transfert de souveraineté à l'Union européenne", analyse Tony Judt du Remarque Institute, spécialisé dans les questions européennes. "Je ne crois pas que le socialisme en Europe ait un quelconque avenir. Or comme il s'agit d'un élément constitutif du consensus démocratique, c'est une bien mauvaise nouvelle".