Cover

"Un petit deal pour l’Europe", titre Corriere della Seraquelques heures avant le départ du Premier ministre italien Berlusconi au sommet européen de Bruxelles où il devrait présenter le nouveau plan d’austérité pour l’Italie.

Le parti de Berlusconi et ses partenaires de la Ligue du Nord ont, après plusieurs jours de discussions, finalement abouti à un accord sur les retraites exigé par l’UE. "L’actuel système de retraites n’avait pas été touché en raison de l’opposition d’Umberto Bossi de la Ligue du Nord", explique Corriere della Sera. Mais il semblerait que "les partis de la coalition aient trouvé un accord pour porter l’âge de la retraite à 67 ans".

Dans un éditorial inquiet, le rédacteur en chef du quotidien, Ferruccio de Bortoli, appelle les hommes politiques italiens à mettre leurs divisions de côté et demande la démission de Berlusconi : "L’Italie n’est pas la Grèce . Et quoi qu’il en soit, et bien que ce ne soit pas juste à notre égard, l'Europe ne nous considère plus comme fiables. Nous annonçons depuis des mois de nouvelles mesures qui n’ont jamais été approuvées. Berlusconi devrait démissionner. Il est l’unique responsable de cette situation."

Roberto Napoletano, le rédacteur en chef du quotidien économique Il Sole 24 Ore, en convient également : "Berlusconi et son gouvernement ont continué à se soutraire à leurs responsabilités. L’Italie doit arrêter cette comédie honteuse".

Ainsi, en dépit de l’accord trouvé sur l'application des mesures d'austérité, le gouvernement de Berlusconi semble une nouvelle fois au bord du gouffre. Selon La Repubblica, il est fort à parier que le Premier ministre démissionnera en décembre prochain ou janvier 2012 pour ainsi avancer les élections législatives actuellement prévues pour 2013 et empêcher un nouveau système électoral qui lui serait "désavantageux". Cette réforme électoral devrait être approuvée lors d’un prochain référendum national.