"L'UE révise le marché du CO2 pour éviter la pollution à bas prix", titre El País, au lendemain du votepar la commission de l’environnement du Parlement européen. Les parlementaires ont décidé de retirer l'équivalent de 1,4 milliard d'euros de permis d'émission sur le marché européen du carbone. "Principal outil de l’UE pour combattre le réchauffement climatique”, comme le rappelle le quotidien espagnol, ces “droits de polluer” avaient été attribués gratuitement par Bruxelles aux entreprises européennes avant la crise.

Mais la situation économique a fait s'effondrer les prix des émissions de CO2, que l'UE avait calculé entre 20 et 50 euros par tonne, et qui ont baissé jusqu'à 6 euros. "Maintenant, à Bruxelles on cherche des formules pour intervenir sur le marché et remettre à flot le cours de la tonne de CO2", explique El País.

Deux options sont envisagées : le durcissement de l'objectif de réduction des émissions d’ici à 2020, des 20% actuels à 30% — sur laquelle les Etats membres sont divisés — et la réduction drastique des droits d'émission, ce qu'exige donc le Parlement européen.

Cette décision a provoqué une augmentation immédiate de 20% du prix de la tonne de CO2. Un prix qui pourrait augmenter encore davantage avec l'inclusion des compagnies aériennes dans le système d’échange des émissions, conclut El País.