Alors que les manifestations contre la politique d’austérité se poursuivent à Bucarest, le gouvernement roumain fait le ménage. Au début de la semaine, le ministre des Affaires étrangères, Teodor Baconschi, a été révoqué par SMS alors qu’il participait, à Bruxelles, au Conseil des ministres de l’UE. Il a été remplacé au pied levé par l’ancien chef de la diplomatie Cristian Diaconescu.

Le Premier ministre Emil Boc reprochait à Baconschi des mots “discutables” écrits sur son blog, explique l’éditorialiste Mircea Vasilescu dans Adevărul. Baconschi avait écrit que les manifestants étaient “issus des quartiers pourris, des personnes violentes et stupides, semblables aux mineurs de jadis qui soutenaient les héritiers de la Sécuritaté”, la police politique du régime communiste.

La manière dont s'est réalisée cette destitution constitue pour Adevărul un “geste non-civilisé, non-européen, le Premier ministre jetant ainsi la honte sur nous tous, au plus haut niveau”.