Cover

"Cameron attaque la zone euro", titre le Financial Times, après la "ferme réprimande" adressée à l'Allemagne par le Premier ministre britannique au Forum économique mondial de Davos, en Suisse.

\

Appelant Berlin à donner davantage de ressources et de garanties pour permettre de résoudre la crise de la zone euro, Cameron a été particulièrement direct sur l'introduction d'une taxe sur les transactions financières – une initiative qui, à son sens, est "tout simplement de la folie".

\

Son discours, poursuit le Financial Times,

\

reflète l'ancienne et profonde frustration des dirigeants britanniques par rapport au leadership allemand sur la zone euro . [Cameron] réclame un pare-feu plus solide pour éviter que la contagion ne se propage dans la zone euro, une dette souveraine européenne commune et que les pays les plus puissants s'engagent à réduire leur déficit extérieur autant que les pays faibles tentent de minimiser leur déficits budgétaires.

\

A la même occasion, écrit le Times, le Premier ministre a également été pris dans un "nouveau round de tensions" avec la France.

\<!--{13276713Cameron et le maire de Londres Boris Johnson redoutent que le socialiste François Hollande, qui semble en bonne position pour prendre le pouvoir à l'issue de l'élection présidentielle de mai, puisse "saborder le plan de sauvetage européen et ébranler la City", écrit The Times.

\<!--{13276Dans un manifeste de soixante engagements publié le 16 janvier, Hollande promet en effet "de renégocier le traité fiscal auropéen, qui devrait être approuvé lundi", note le quotidien londonien.

Il a également fait de la finance :

sa cible principale, en promettant d'augmenter de 15% les taxes sur les bénéfices réalisés par les banques, d'interdire la vente des produits financiers "toxiques", de supprimer les stock options, de limiter les bonus et d'imposer une taxe sur toutes les transactions financières.

Le maire de Londres a pour sa part taxé les vues d'Hollande de "revanche à courte vue politique".

>