Cover

Où sont passés les 20 000 enfants roumains et plus (30 000 selon certaines ONG) adoptés, notamment à l'étranger, entre 1990 et 1997 ? Selon l'enquête menée par România liberă, l'Etat roumain a perdu leurs traces, en raison de la procédure appliquée à l'époque dans ce que le quotidien bucarestois qualifie de "juteux commerce transfrontalier" organisé par des "orphelinats insalubres". A l'époque, "on proposait aux étrangers des enfants à vendre dans les halls de leur hôtel", en violation de la [Convention de La Haye](http:// http://hcch.e-vision.nl/index_fr.php?act=conventions.text&cid=69) sur l'adoption internationale. Les autorités roumaines, explique au journal un expert de Defence for Children International, se limitaient à mentionner dans leur registre le nombre d'enfants adoptés et, parfois, "il suffisait de choisir et de signer l'acte d'adoption chez un avocat".