"L’UE valide la baisse des prix de l'itinérance sur les téléphones mobiles",titre le Financial Times. L’Union a ainsi conclu avec le Parlement européen un accord de principe pour exiger la baisse du surcoût appliqué par les opérateurs pour l'utilisation d'un téléphone mobile à l'étranger.

Le coût pour l’utilisation de certains services comme le courriel ou l’utilisation d’Internet sera plafonné à 70 centimes par méga-octet, bien moins que les 2 à 5 euros jusqu’ici facturés par la plupart des opérateurs au sein de l’Europe. Le plafond tarifaire descendra à 20 centimes d’ici 2014, mettant ainsi un terme à une niche lucrative pour les opérateurs de télécom. Nombre de leurs actions ont par ailleurs chuté après l’annonce de cet accord.

La nouvelle réglementation avait été tout d’abord proposée l’été dernier par la Commission européenne afin de combattre ce qu’elle appelait "l’arnaque de l'itinérance", lorsque les opérateurs facturaient trois fois plus cher pour des appels passés d’un pays à l’autre de l’UE.

Le Parlement européen a pour sa part approuvé cette réglementation le 27 mars, suivi le lendemain des gouvernements nationaux. L’ultime feu vert devrait être prononcé en juin.

Cette mesure devrait sûrement permettre "d’éviter l'effet de la période estivale sur les téléphones mobiles", avec l’augmentation des factures durant les vacances, écrit le Guardianpour qui cet accord constitue

l’aboutissement d’une longue lutte entre Bruxelles et les opérateurs de téléphonie mobile qui ont déclaré qu’ils devront augmenter les prix de leurs autres services. On estime que ces charges transnationales généraient pas moins de 5% de leurs revenus.