Cover

Il y a quelques années, les médias italiens se sont émus des "voyages de l'espoir" des personnes obligées d'aller chercher à l'étranger des traitements médicaux qu'ils ne trouvaient pas en Italie. Aujourd'hui l'émigration sanitaire continue mais pour des raisons bien différentes. La Stampa rapporte l'histoire de Salvatore Crisafulli, paraplégique depuis 2003 suite à un accident de voiture et qui n'a jamais bénéficié d'assistance à domicile – comme le prévoit pourtant la Constitution italienne. Sa famille n'étant plus en mesure de subvenir à ses besoins, elle a fait un choix désespéré : le 31 janvier, Salvatore Crisafulli se fera euthanasié en Belgique – pratique interdite en Italie. En outre, son cas relance les polémiques le testament de vie et les malades en phase terminale, sujets sur lesquels l'opposition de l'Eglise catholique semble insurmontable.