Cover

Ce qui ne devait être qu'une simple protestation contre la hausse des impôts locaux s'est transformée en "la plus importante manifestation d'opposition contre le pouvoir de ces neuf dernières années", rapporte le quotidien polonais Gazeta Wyborcza. Le 30 janvier, entre 7 et 12 000 personnes se sont rassemblées dans l'enclave russe (entre Lituanie et Pologne), dénonçant le pouvoir de Moscou et appelant à la démission du Premier ministre, Vladimir Poutine. La manifestation était organisée à l'initiative d'un électricien de 40 ans, Maxime Dorochok, figure du mouvement Solidarnost ("solidarité" en russe, en référence au célèbre syndicat polonais Solidarność), qui affirme que Kaliningrad est le territoire le plus européen de la Russie. "On a un esprit différent. Un vent venu de Gdansk souffle ici", a déclaré Dorochok. Selon lui, la vision du monde qu'ont les habitants de Kaliningrad, n'est pas formatée par la télévision contrôlée par Poutine, mais se construit au gré de voyages effectués dans la Pologne voisine, où "il y a une vraie démocratie, où la vie est moins chère, où les gens gagnent plus d'argent et où les organismes publics fonctionnent mieux".