Cover

Guido Bertolaso, le tout puissant patron de la protection civile italienne, qui s'est récemment distingué pour ses critiques à l'intervention américaine en Haïti, a été mis en examen par le Parquet de Florence pour être intervenu dans des marchés publics, parmi lesquels ceux du dernier G8, en faveur d'entrepreneurs amis, en échange de faveurs sexuelles. "Il est intouchable", a clamé Silvio Berlusconi, en refusant la démission de Bertolaso, qui réfute les accusations. L'idylle entre le chef du gouvernement et son homme d'action s'est renforcée ces dernières années, au fur et à mesure que ce dernier était chargé de résoudre les urgences à répétition qui ont affecté l'Italie. "Cette enquête touche au cœur du berlusconisme", note La Repubblica, mettant encore un peu plus à nu "un système opaque qui bénéficie à ses courtisans et restreint les opportunités pour les autres".