L'Europe s'apprête à graver dans le marbre une première salve de normes destinées à rendre les banques plus solides”, rapporteLe Figaro. Les ministres des Finances des 27 se retrouvent ce 2 mai pour transposer dans le droit communautaire les normes internationales dites de “Bâle 3”, élaborées pour solidifier le secteur bancaire. Le quotidien :

La directive resserre drastiquement la définition des capitaux propres d'une banque et relève massivement le niveau exigé pour ceux-ci, de façon que chaque établissement dispose d'un matelas de fonds à même d'absorber des chocs violents. Selon l’Autorité bancaire européenne, les cent plus grandes banques européennes manqueraient, en l'état, de quelque 485 milliards d'euros de capitaux si elles devaient déjà se plier à Bâle 3.

Le projet prévoit que chaque banque dispose de 7% de ses capitaux en fonds propres. Le Royaume-Uni souhaite relever cette exigence pour solidifier ses banques de dépôt. La France, de son côté, veut que les fonds engagés dans les filiales d’assurance puissent en être déduits. De fait, note Le Figaro,

Les débats s'annoncent très vifs et pourraient engendrer un report au 15 mai de l'adoption du texte. L'échec semble cependant interdit, tant l'Europe a aujourd'hui besoin de prouver qu'elle avance sur le chemin du renforcement de son système bancaire.

La semaine dernière, Le Mondenotait que le Commissaire européen au marché intérieur, Michel Barnier, souhaite demander aux banques comment elles ont utilisés les 1 000 milliards d’euros injectés par la Banque centrale européenne pour éviter un assèchement du crédit.