En Grande-Bretagne, tout le monde est pendu à l'annonce d'une éventuelle démission de Gordon Brown. Critiqué pour sa mauvaise gestion de la crise économique, avec un Parti travailliste dont on prédit la déroute électorale aux élections locales et européennes du 4 juin, le Premier ministre britannique doit faire face à un autre coup potentiellement fatal : la démission récente de quatre de ses ministres. Le dernier à avoir déserté le navire gouvernemental, James Purnell, le ministre du Travail et des Retraites a enfoncé le clou en publiant une lettre ouverte à Gordon Brown, l'invitant à "se retirer". "Le Premier ministre est à l'agonie, des couteaux cloués dans le dos… [il] ne peut pas rester", écrit 'éditorialiste du Guardian Polly Toynbee, une ancienne adepte de Brown. Ce dernier a réfuté toute idée de démission vendredi soir, et tente de sauver son leadership par un remaniement ministériel improvisé.