Cover

Le bras de fer diplomatique entre la Suisse et la Libye s'étend à l'Europe : en rétorsion contre la publication par Berne d'une liste de 188 responsables Libyens indésirables (le leader Mouammar Kadhafi compris), Tripoli refuse les visas de tourisme aux ressortissants des pays de l'espace Schengen (dont la Suisse fait partie), explique la Tribune de Genève. La décision suisse est critiquée à Rome, pour qui l'ancienne colonie est un "partenaire stratégique" de l'occident en matière d'énergie, de "*l**utte contre le terrorisme et contre l'immigration clandestine*", explique La Repubblica. Le quotidien suisse se félicitepour sa part du sursaut de dignité helvétique : "*le régime de Muammar Kadhafi […] ne pourra pas se passer indéfiniment des forces productives et des investisseurs européens. Son coup de gueule sur les visas pourrait bien se révéler être un coup de bluff. A condition toutefois que l’UE ne tombe pas dans le piège de la division des démocraties tendu par le colonel*". La crise avait éclaté en 2008, après l'arrestation d'un fils de Kadhafi à Genève. En représailles, Tripoli retient deux Suisses en Libye.