Cover

“La Pologne prend la défense de Timochenko”, titre Gazeta Wyborcza, après le report par Kiev du sommet des dirigeants d’Europe centrale et orientale qui devait se tenir les 11 et 12 mai à Yalta.

La principale raison de ce report est le scandale grandissant à propos des “mauvaises conditions de détention” et des “mauvais traitements” présumés qui seraient infligés à l’ex Premier ministre et chef de l’opposition, Ioulia Timochenko.

Huit dirigeants européens ont refusé de participer au sommet et ont appelé l’Allemagne et d’autres pays d’Europe à boycotter les matchs de l’Euro 2012 de football qui auront lieu en Ukraine. la compétition débute le mois prochain en Ukraine et en Pologne.

Toutefois Tomasz Nałęcz, conseiller du président polonais Bronisław Komorowski, estime que boycotter la compétition en Ukraine serait contre-productif :

“Nous ne devrions pas boycotter [l’Euro 2012], mais aller en Ukraine, apporter du plaisir à des millions d’Ukrainiens et par la même occasion faire quelque chose de tangible pour obtenir la libération de Ioulia Timochenko”.

Le président polonais Bronisław Komorowski a lancé un appel à son homologue ukrainien, Victor Ianoukovitch, afin de changer la loi et d’abroger la peine de Mme Timochenko.

Entre temps, cettte dernière a suspendu hier sa grève de la faim, qu’elle avait commencée le 20 avril. Elle a été transportée à l’hôpital de Kharkiv où elle sera soignée par un médecin allemand. L’ex-Premier ministre ukrainien purge une peine de 7 ans de prison pour “avoir signé en 2009 un accord gazier, prétendument défavorable, avec la Russie”.