"Ne demandez pas ce que l'Europe peut faire pour vous, mais ce que vous pouvez faire pour l'Europe” — voilà le thème du manifeste signé par un groupe d'intellectuels européens, l'allemand Jürgen Habermas en tête, auquel le quotidien suédois Aftonbladet réagit, qualifiant la proposition de "naïve à n'en pas revenir".

Au moment où "les retraites et le droit du travail sont bafoués et alors que les manifestations et les émeutes s'enchaînent d'un pays membre à l'autre”, la seule contribution que propose le manifeste pour rebâtir l'Union à partir du bas consisterait à ”avoir le droit à une année sabbatique pour accomplir un travail bénévole dans un autre pays de l'Union”, ironise le quotidien qui demande :

La seule réponse de ces amis de l'Europe, au moment où l'Union tremble comme le Titanic, est donc qu'il faudrait que l'on passe un peu plus de temps ensemble pour nous sentir européens ?

Et le journal de conclure sur le même ton : "Ce n'est sans doute pas un hasard si cette initiative est soutenue par le groupe Allianz [assureur allemand] — un des principaux créditeurs de la Grèce."