Cover

"En attendant Merkel: pourquoi l'Allemagne ne veut pas être le leader" titre Newsweek en Une. L'actuelle crise en Europe "appelle à un sérieux leadership" et l'hebdomadaire américain s'interroge sur les raisons qui poussent la chancelière allemande, Angela Merkel, à refuser de combler ce vide politique. "Tous les yeux" sont rivés sur Merkel, considérée comme une architecte consensuelle qui dirige l'économie du plus grand et plus riche pays d'Europe. Mais ni Merkel ni l'Allemagne "ne sont vraiment d'humeur à mener". Depuis la réunification, le pays s'est transformé en une puissance "suffisante et introvertie", écrit l'hebdomadaire. Angela Merkel est ainsi devenue le leader le plus populaire depuis la seconde guerre mondiale en simplement promettant de ne pas réformer. Quoiqu'il en soit, l'Allemagne est dépendante de ses voisins de la zone euro pour 44% de ses exportations et elle dispose d'une main d'oeuvre âgée et peu nombreuse. Donc pour que le pays s'en sorte bien dans le 21e siècle, il devra, selon Newsweek, "*d**épasser les puissantes forces politiques et culturelles qui, davantage que dans d'autres pays européens, fixent le statu quo à l'intérieur comme à l'étranger*".